Le point sur la situation au 14 janvier

Le point sur la situation au 14 janvier

Rédigé le 15/01/2021 à 08:44

En semaine 01 (du 04 au 10 janvier 2021), les indicateurs épidémiologiques de suivi de l’épidémie de COVID-19 montraient une progression de la circulation du SARS-CoV-2 à un niveau élevé en France, suite aux rassemblements festifs de fin d’année. De plus, l’émergence de variants pourrait conduire à une accélération de l’épidémie et nécessite une vigilance accrue et un renforcement du respect des mesures d’isolement en cas de symptômes ou de cas de COVID-19 dans l’entourage.

Au niveau national, le taux d’incidence était en augmentation en semaine 01 (+30% par rapport à la semaine 53). Le nombre de cas confirmés a augmenté dans l’ensemble des classes d’âge, et de façon plus marquée chez les 0-19 ans (+46%). Le taux de positivité (6,5%) a continué à augmenter par rapport à celui de la semaine précédente (+1,1 point). L’augmentation plus importante du nombre de cas par rapport à celle du nombre de personnes testées est en faveur d’une réelle augmentation de la circulation du virus entre les semaines 53 et 01. Plusieurs indicateurs du contact-tracing sont en augmentation, reflétant l’impact des fêtes de fin d’année, ce qui pourrait conduire à une augmentation du nombre de cas dans les prochains jours.

Soixante-six cas d’infection au variant émergent du SARS-CoV-2 détecté au Royaume-Uni et trois cas d’infection au variant émergent du SARS-CoV-2 détecté en Afrique du Sud ont été rapportés en France. Plusieurs actions sont menées actuellement pour mieux évaluer et suivre la diffusion sur le territoire national de ces variants émergents. Les résultats préliminaires de l’enquête Flash Variant menée les 7 et 8 janvier 2021 sur les tests RT-PCR positifs au SARS-CoV-2 montraient que les cas de COVID-19 liés au variant VOC 202012/01 pourraient représenter 1 à 2 % des cas actuellement recensés en France. À ce jour, il n’y a pas d’élément en faveur d’une plus grande sévérité des cas induits par ce variant. Cependant, il se distingue des virus circulants par une capacité de diffusion plus importante. Le renforcement de la surveillance génomique du SARS-CoV-2, qui associe Santé publique France, le CNR et plusieurs laboratoires fédérés au sein de l’ANRS Maladies Infectieuses Émergentes, associé aux travaux de modélisation, permettront de guider les décisions concernant la nécessité d’un renforcement des mesures de contrôle de l’épidémie.

Les mesures de prévention et de distanciation sociale restent les principaux moyens permettant de freiner la circulation du virus SARS-CoV-2 et d’en réduire l’impact sur le système de soins et la mortalité. L’adhésion à ces mesures est d’autant plus essentielle dans le contexte de l’identification de variants émergents, avec une contagiosité supérieure aux variants actuellement majoritaires. La campagne de vaccination a débuté le 27 décembre 2020, et s’est intensifiée depuis le 04 janvier 2021. L’accélération de la vaccination est primordiale pour faire face à l’augmentation de la circulation du SARS-CoV-2 et à la présence de variants émergents sur le territoire. L’utilisation des outils numériques (TousAntiCovid) est fortement recommandée pour renforcer les mesures de suivi des contacts et d’isolement rapide.

Source : https://www.santepubliquefrance.fr/dossiers/coronavirus-covid-19